message important !

A partir du 1er novembre 2021 le CST (covid safe ticket = pass sanitaire) sera obligatoire pour accéder aux projections du ciné-club de Rixensart, et cela dès 12 ans.

En tant qu’organisateur nous avons l’obligation de faire ce contrôle. Notez bien que l’application covidscan que nous utiliserons empêche la lecture et l’enregistrement de vos données personnelles.

voici la programmation restante pour cette 34e saison !

Les Misérables (01/12)
Drame-Crime / 2019 / 1h42
De Ladj Ly
Avec Alexis Manenti, Djebril Zonga, Damien Bonnard, Issa Perica

Synopsis – Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux ‘Bacqueux’ d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes.
Avis -” Les Misérables” c’est une claque d’une heure quarante. Un film qui nous laisse accroché à notre siège avec un climax de fin des plus prenants de ces dernières années. Sous l’ultra-violence que peuvent contenir certaines scènes se cache un vrai message : qui des flics ou des voyous sont les vrais bandits ?
A travers son premier film, Ladj Ly nous parle de la cité comme il la connaît depuis toujours: brute, froide mais aussi familiale et bien réelle. En effet le réalisateur connaît ce monde de près ; membre du collectif “Kourtrajmé” il est aux côtés de Mathieu Kassovitz lorsque celui-ci réalisera “La Haine”. De plus, il réalisera au début des années 2000 des reportages mettant en scène de réelles bavures policières durant des manifestations dans sa cité. En bref nous avons à faire à quelqu’un qui sait de quoi il parle et qui nous filmera ce monde sans passer par quatre chemins.
Récompenses – César du meilleur film, César du Public, César du meilleur espoir masculin, Prix du jury du Festival de Cannes, César du meilleur montage

Bonne Mère (samedi 4 décembre) en décentralisation du CinémaMed

Drame / 2021 / 1h39

De Hafzia Herzi

SYNOPSIS
Nora, la cinquantaine, femme de ménage de son état, veille sur sa petite famille dans une cité des quartiers nord de Marseille. Après une longue période de chômage, un soir de mauvaise inspiration, son fils aîné Ellyes s’est fourvoyé dans le braquage d’une station-service. Incarcéré depuis plusieurs mois, il attend son procès avec un mélange d’espoir et d’inquiétude. Nora fait tout pour lui rendre cette attente la moins insupportable possible…

Volevo nascondermi (8/12)
Drame / 2020 / 2h00
De Giorgio Diritti
Avec Elio Germano, Pietro Traldi , Andrea Gherpelli

Synopsis –Volevo nascondermi (littéralement : « je voulais me cacher ») trace, dès son enfance, l’histoire du peintre italo-suisse Antonio Ligabue, Né en 1899, il aura marqué sensiblement la peinture comtemporaine de son empreinte, sans pour autant connaître un large succès public.
Une enfance particulièrement difficile d’ailleurs, qui l’amènera d’une famille d’accueil à une institution suisse, qui l’expulsera à la fin de la Première Guerre mondiale, Sans attache en Italie, où il aboutit finalement, il apprend la peinture en autodidacte et survit en s’engageant comme manœuvre. Il est plusieurs fois admis en hôpital psychiatrique, souffrant d’états maniaco-dépressifs. Son œuvre picturale traduit les démons indicibles qui l’habitent.
Il sortira de l’ombre grâce au peintre Marino Mazzacurati (1907-1969), qui le découvre et lui offre lui ses premières expositions. Peu à peu le public et la critique le découvrent et apprécient son talent. Il demeure un des maîtres de l’art naïf.
Récompenses – Berlinale 2020 : Ours d’argent du meilleur acteur pour Elio Germano
Prix du cinéma européen 2020 : meilleur photographe
Cérémonie des David di Donatello 2021: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur pour Elio Germano, meilleur directeur de la photographie, meilleur décorateur, meilleur coiffeur, meilleur son
Avis : Le premier mérite du film est de faire découvrir à la plupart des spectateurs l’œuvre d’Antonio Ligabue, qui demeure peu connu au-delà des frontières italiennes. Toiles saisissantes, marquées par les souffrances psychiatriques de leur auteur.
Une autre qualité est le montage audacieux. Renonçant à la narration linéaire, Giorgi Diritti (dont c’est le 7ème film de fiction) nous force à des aller-retours spatio-temporels, un peu déroutants au début, mais dont on mesure rapidement toute l’efficacité esthétique.
Enfin et surtout, le film est magistralement porté par son acteur principal, Elio Germano. Sa prestation lui a valu l’Ours d’argent du meilleur acteur.

L’équipe du Ciné-club.

Catherine Demain, Eric Derwael, Damien Jans, Milo Jans, Corine Vogeleer, Aliénor Vogeleer  

Merci à nos sponsors !!!!!!

logo bredac            llk

logo lutgarde

04-SPA-CDL-FOND320-BLANC-VAGUE-WEB-RVB